Transports & douanes


© Création Capocéa
Panier 0
Votre panier est vide.
Mon compte
Retourner à la liste

Les problématiques de conditionnement et palettisation en logistique 13mars2017

Les problématiques de conditionnement et palettisation en logistique

 

La réalisation d’un colis conformément à l’ADR, quand nous la présentons en formation, reste relativement simple. Dans les entrepôts logistiques, les prescriptions de l’ADR se confrontent aux contraintes de préparation des commandes et des palettes et conduisent à des non-conformités. Il existe un réel enjeu pour l’entreprise.

 

Nous avons déjà constaté, lors d’un contrôle d’un chargement de marchandises dangereuses, des non-conformités de marquage et d’étiquetage des colis et palettes représentant potentiellement une amende de 54 000 €. Les palettes étaient filmées en noir sans ré-étiquetage du suremballage et les colis eux-mêmes ne comportaient aucune marque ou étiquette.

 

Afin d’éviter ces écueils, nous vous conseillons de prévoir le plus en amont possible de votre projet logistique, l’ensemble des informations et contraintes nécessaires à la réalisation d’un colis et d’une palette de marchandises dangereuses en conformité avec l’ADR.

 

La première étape est de prévoir dans sa base de données (ERP) les informations qui seront nécessaires tout au long de la chaine de préparation :

 

  • Classification TMD : N° ONU, classe, Groupe d’emballage, matière dangereuse pour l’environnement.
  • Conditionnement
  • Type de transport possible : LQ, EQ, sans exemption. Cette donnée peut même être discutée avec le fournisseur afin de définir le conditionnement le plus approprié. Par exemple, nous avons constaté chez un client un produit conditionné en bouteille de 1,2L. Ce conditionnement imposait un emballage agréé. Le fait de passer le conditionnement en 1L a permis de bénéficier des exemptions liées aux marchandises dangereuses en quantités limitées.
  • Interdiction d’emballage en commun. Cette donnée est nécessaire en cas d’opération de picking. Elle peut être compliquée à obtenir et à mettre à jour car elle doit prendre en compte :
  • Les dispositions particulières d’emballage en commun du chapitre 4.1.10
  • Les interactions chimiques possibles avec les autres produits distribués par l’entrepôt.

 

Il peut être nécessaire de compléter ces informations en fonction des modes de transport possibles : route, mer, air, …

 

Cette base de données doit être tenue à jour, notamment en vérifiant les changements des conditions de transport des marchandises dangereuses en fonction des évolutions des règlements TMD.

 

Elle servira à diffuser les informations :

 

  • Au préparateur de commandes pour réalisation du colis.
  • A la rédaction des documents de transport de marchandises dangereuses soit à l’aide d’un logiciel d’édition automatisée, soit par un service chargé de les rédiger.

 

Le préparateur de commandes doit avoir les informations nécessaires à la préparation de son colis, il doit également être formé au titre du chapitre 1.3. Cette formation sera l’occasion de lui présenter les consignes de conditionnement et de palettisation des colis de marchandises dangereuses.

 

Concernant la palettisation, la problématique concerne la visibilité des marques et étiquettes de l’ensemble des marchandises dangereuses à l’extérieur de la palette et l’utilisation, dans certains cas de films plastiques opaques.

 

Plusieurs solutions existent :

 

  • Palettiser de manière à rendre visible à l’extérieur du film plastique, l’ensemble des marques et étiquettes des marchandises dangereuses. Cela impose forcément un film plastique transparent. Les colis doivent tous être marqués et étiquetés conformément à l’ADR. Cette solution demande, pour être réalisable, une réflexion sur le chemin de préparation des palettes.

 

  • Ne pas tenir compte du placement des colis sur la palette et reporter sur le film plastique (qui peut être transparent ou opaque) l’ensemble des marques et étiquettes des marchandises dangereuses présentes dans la palette + la mention « Suremballage » en lettre de 12 mm de haut. Les colis doivent tous être marqués et étiquetés conformément à l’ADR. Cette solution présente l’avantage de s’affranchir de la contrainte du chemin de préparation mais allonge les temps de préparation.


S'abonner à la newsletter